Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 13:35

Alors qu'en 2019, nous allons célébrer les 150 ans de la mort d'Alphonse de Lamartine, voici une anecdote qui concerne Dunkerque.

En 1835, le poète prit part à la création d'une oeuvre qui lui touchait à cœur. Il s'agissait de la fondation d'une salle d'asile, sur une idée de Benjamin Morel. 

Le 8 avril 1835, Benjamin Morel organisa, à Dunkerque, pour réunir les fonds nécessaires à cette entreprise, un concert ainsi qu'une loterie dont le tirage eut lieu le 6 juin. Les lots étaient magnifiques. Un lot fut envoyé par la reine Marie-Amélie, des tableaux furent aussi offerts. Lamartine était présent à Dunkerque lors cette tombola. Il offrit comme lot un exemplaire de son ouvrage "Voyage en Orient".

Une seconde salle d'asile fut installée par Madame Dupouy, épouse de l'ancien député Etienne Dupouy, collègue de Lamartine. Mme Dupouy était la fille du général comte Corbineau et veuve en premières noces de M Bourdon, fondateur de la plus grande maison de commerce de Dunkerque. 

Lamartine, sans la nommer, lui dédia le poème suivant:

 

A MADAME***

QUI FONDAIT UNE SALLE D'ASILE

Les lionceaux ont des asiles,

Les oiseaux du ciel ont des nids:

Les pauvres mères de nos villes

N'ont point de toits pour leurs petits !

 

Oh ! rouvrez-leur des bras de mère,

Donnez leur le lait et le pain,

Et gardez de la graine amère

Le van qui leur épand le grain !

 

Et vous venez, timide enfance,

Bénissez Dieu sur leurs genoux;

Jamais sa tendre Providence

Ne sourit sous des traits plus doux.

                                       12 juin 1836

 

 

 

Lamartine à Dunkerque

Mais Lamartine n'avait pas toujours été aussi tendre avec les Dunkerquois.

En 1831, alors qu'il s'attendait à être élu député du Nord, et que pour lui, c'était gagné d'avance, ses adversaires le combattirent à la dernière minute.  Ils décidèrent "l'ancien député à leur prêter son nom pour me combattre, déclare-t-il. Il l'a platement fait et s'est présenté. Ils ont imprimé des horreurs, ils ont fait venir toute la populace de Dunkerque et des environs à Bergues; ils ont inondé la campagne d'émissaires, annoncé un pillage et la mort même à mes partisans" écrit-il dans un courrier envoyé d'Hondschoote par Bergues le 6 juillet 1831 à son ami M. le comte de Virieu.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUDOVICA
  • : Tout ce que j'aime: jeux, cartes anciennes, photos, recettes de cuisine, dictons, proverbes, citations, collections diverses, curiosités, histoire, art, broderie, souvenirs de vacances, bricolage,etc
  • Contact

Recherche